Chômage et grossesse : toutes les aides financières pour les femmes enceintes sans emploi

Chômage et grossesse ne sont pas forcément hétérogènes. Les droits des femmes qui attendent un enfant en étant demandeur d’emploi sont les mêmes qu’une salariée en congé maternité. Parce que devenir maman sans situation table est difficile, nous avons listé pour vous ce que peuvent demander les femmes enceintes, ainsi que les démarches à effectuer pour les obtenir quand on se retrouve sans travail.


Je suis au chômage et je suis enceinte

Etre enceinte au chômage et être inscrite à Pôle Emploi (ex Assedics) permet de toucher des allocations, ce qui permet de répondre à l’envie d’avoir un bébé sans avoir un travail stable. C’est l’assurance maladie qui va alors prendre le relais de pôle emploi. Comme souvent, il faut fournir des justificatifs : bulletins de salaire, certificat de travail et attestation d’allocation chômage (ce qui ne fera pas de vous une chômeuse professionnelle).

Combien vais-je toucher ?

Les indemnités journalières sont calculées de la façon suivante : on prend les salaires des 3 derniers mois de travail jusqu’à un certain plafond. Ainsi, au maximum, une future maman sans emploi pourra prétendre à être indemnisée à hauteur de 80 euros par jour (un peu moins en Moselle, dans le Bas-Rhin et dans le Haut-Rhin. Cette somme sera impactée par les prélèvements sociaux, CGS et CRDS. Enfin, et pour être complet, sachez que l’argent versé par la sécurité sociale est soumis à l’impôt sur le revenu (mais comptent pour la retraite).

Oubliez les délais de carence : les indemnités journalières de la sécu seront versées pendant toute la durée du congé maternité (samedi et dimanche et jours fériés inclus). En contrepartie, les versements Pôle Emploi seront suspendus, et reprendront à la fin du congé maternité (en principe, c’est un congé de 16 semaines, mais qui peut être prolongé pour raisons médicales par votre médecin). La bonne nouvelle, c’est qu’ils seront prolongés d’autant.


Tomber enceinte quand on est en situation précaire

Quand on est enceinte pendant une période de chômage et qu’on est indemnisé, tout va bien. Mais attendre un enfant seule et sans ressources financières, c’est un autre débat. A suivre, tout ce à quoi vous pouvez prétendre.

D’abord, les droits Assedics. On ne va pas revenir dessus, on les a déjà expliqué un peu plus haut. En revanche, il faut informer Pôle Emploi de sa nouvelle situation. Hors congé maternité, il faut continuer à chercher du travail, même avec un ventre tout rond, et garder les justificatifs, même si vous avez peu de chances d’être embauchée dans cette situation là (je sais, c’est un peu surréaliste). A 6 semaines de l’accouchement, ne pas oublier de cocher la case prévue à cet effet lors de sa déclaration mensuelle (« en congé maternité »).

aide femme enceinte

Et si je ne touche pas le chômage ?

Ne pas ou ne plus être indemnisée est loin d’être évident : mais il y a quand même d’autres prestations auxquelles vous avez droit, en particulier celles qui concernent le remboursement de tous les frais médicaux inhérents à la grossesse (et cela dés le début de la grossesse) : visites chez le médecin, examens, échographies, préparation à l’accouchement, médicaments…, ainsi que le RSA pour femme enceinte.

L’aide CAF pour la naissance d’un enfant

Avoir un enfant quand on est sans emploi donne le droit aux allocations sociales, ainsi qu’au RSA pour les femmes enceintes. Les aides de la CAF sont de natures diverses. En premier lieu, la prime à la naissance, qui est versé pendant le septième mois de grossesse, et qui est légèrement supérieure à 900 euros. Ensuite, l’allocation de base, jusqu’au 3 ans du petit, d’un montant de 184 euros.

aide naissance

Pour ne rien perdre de vos droits, pensez à faire votre déclaration dans les temps : dans les 14 semaines à partir du moment où vous êtes enceinte.

Faire un bébé en étant chômeuse est donc possible, et peut-être même un peu plus enviable qu’avec le statut d’auto-entrepreneur. Si vous cumulez, et que vous êtes en surendettement, sachez qu’il est possible de retrouver une situation financière saine. Se renseigner auprès de la Banque de France.