7 Aides Pour Étudiants Sans Ressources & Parents

Ce guide vous explique comment payer ses études sans parents et traite des aides financières pour étudiants seuls, sans ressources & revenu fixe. Des aides mensuelles et trimestrielles aux bourses exceptionnelles, découvrez immédiatement comment sortir de la précarité étudiante.

Si vous n’avez pas la possibilité ou le temps de trouver un travail à côté de vos études, sachez que plusieurs aides sont destinées aux étudiants sans ressources.


1. Le Dossier Social Étudiant (DSE)

Vous avez moins de 28 ans et vous savez désormais que vous êtes accepté dans un cycle supérieur l’an prochain ?

Pensez  à créer votre DSE dès votre inscription sur Parcoursup afin d’obtenir différentes bourses (basées sur plusieurs critères sociaux) et même une aide au logement universitaire grâce au CROUS (Centre Régional des Œuvres Universitaires et Scolaires.) de votre ville.

Le montant de la bourse : de 1 653 à 5 500 €

Sachez qu’un simulateur de bourse est disponible en ligne, si vous souhaitez évaluer le montant auquel vous aurez droit à l’année en fonction de votre échelon (par exemple, l’échelon 1 vous donne droit à 1 653 euros par an et l’échelon 7 à 5 500 euros par an.).

Vous recevrez alors une réponse de principe (et non un accord définitif) sous 30 jours. Pour être certain de votre éligibilité, patientez quelques mois (minimum jusqu’en juin et maximum jusqu’en octobre) que votre École affirme bien au CROUS votre réelle inscription.

Accéder à un logement

Il vous sera possible d’avoir accès au logement de 3 façons :

➡ Soit en louant une chambre étudiante entièrement meublée avec sanitaires personnels (sans que vous ayez à payer de taxe d’habitation), pour moins de 220 € par mois (charges comprises).

➡ Ou bien de louer un studio avec accès libre à la laverie de l’immeuble, pour moins de 260 € (hors charges).

➡ Ou encore d’obtenir un logement HLM pour vous et votre conjoint par exemple.



Quelles sont les démarches à faire ?

Il est vivement conseillé de vous y prendre à l’avance en vous rendant sur messervices.etudiant.gouv.fr, et d’envoyer votre DSE au complet (préalablement reçu par e-mail.) aux dates communiquées ; habituellement prévues entre mi-janvier et mi-mai.

Sachez que le dépôt d’un seul BSE par an est possible.

Les justificatifs demandés

Concernant les documents à préparer, sachez que pour la rentrée 2021-2022 par exemple, il vous sera demandé l’avis fiscal 2020 sur les revenus 2019 de votre famille (ou tuteurs par exemple), mais aussi vos justificatifs de scolarité.

D’autres attestations peuvent être exigées, notamment si vous avez un statut de réfugié ou encore si vous êtes inscrit à Pôle Emploi, mais que vous ne recevez aucune indemnité.


2. La bourse au mérite

Vous êtes actuellement bénéficiaire d’une bourse des lycées ou d’une bourse étudiante ? Dans ce cas, l’aide au mérité peut vous être accordée si vous obtenez votre diplôme du baccalauréat avec mention très bien (plus de 16 sur 20) et que vous êtes inscrit dans une École pour poursuivre vos études supérieures.

Cependant, sachez que les places sont limitées. En effet, il peut arriver que la bourse au mérite vous soit refusée, car les étudiants aux plus faibles revenus ont déjà rempli le quota fixé par l’académie.

Montant de la bourse au mérite

Cette aide, versée chaque année pendant 3 ans consécutifs est de 900 € annuel. Celle-ci est versée mensuellement sur 9 mois.


3. L’aide à la mobilité internationale (AMI)

Vous avez envie de réaliser un stage ou une formation dans un pays étranger, d’une durée continue de 2 mois minimum ?

En tant qu’étudiant boursier ou bénéficiaire d’une aide annuelle de l’État par exemple, il vous est tout à fait possible d’obtenir l’AMI, dans la limite des places disponibles et pour neuf mois maximum.

Le montant de l’aide à la mobilité internationale

Celle-ci est d’un montant variable d’une année à l’autre et peut atteindre 400 € par mois.

Rapprochez-vous du service des relations internationales de votre École pour connaître les démarches à suivre.


4. La bourse du Conseil de l’Europe

Vous souhaitez étudier dans un pays européen pour au moins 9 mois ? Dans ce cas, la bourse du Conseil de l’Europe peut vous intéresser.

Celle-ci concerne les étudiants de divers niveaux, qu’ils soient en licence, en master ou encore en doctorat.

Le montant de la bourse du Conseil de l’Europe

Les conditions et montants peuvent varier en fonction des critères sociaux, mais aussi en fonction des programmes mis en place. Cependant, l’année dernière, l’aide était de 400 € par mois.


5. Le programme Erasmus

Vous préférez explorer d’autres horizons en étudiants hors de la France ? Le Programme d’action européen pour la mobilité des étudiants ; et plus précisément, l’aide Erasmus Plus, vous permet de financer cette mobilité.

Montant de l’aide Erasmus

Cette aide vous permet d’obtenir 300 à 450 € par mois pour un stage (selon le pays choisi et donc le coût de la vie sur place) ou 150 à 300 € par mois pour suivre un cursus d’enseignement supérieur.

Les montants et conditions étant très variables, renseignez-vous le plus tôt possible, d’autant plus que les places sont très convoitées (en France, plus de 57 000 étudiants ont profité du programme au cours de l’année précédente.).


6. Le contrat d’engagement de service public (CESP)

Vous êtes d’accord pour vous tourner vers une spécialité qui se fait de plus en plus rare ? Vous aimeriez apporter des soins aux habitants de zones dépeuplées de médecins (appelées aussi déserts médicaux) ?

Il s’agit d’une bourse pour les étudiants en médecine ou en odontologie de deuxième année.

Le montant du CESP

Grâce au contrat d’engagement de service public (CESP), vous pouvez obtenir une généreuse aide mensuelle de 1 200 € pour au moins 2 années consécutives.

Par ailleurs, un soutien vous est apporté tout au long de votre continuité de formation ou de votre installation en zone rurale par exemple.

Regardez cette vidéo pour en savoir plus sur le contrat d’engagement de service public :


7. Les autres aides financières pour les étudiants

Que vous ayez déjà droit à une bourse ou que vous ne remplissiez pas les critères sociaux, sachez que d’autres aides, moins connues, sont accessibles à un grand nombre d’entre vous.

Voici plusieurs exemples d’aides que votre commune, votre région ou votre département peut vous attribuer :

➡ Bourse pour les formations sociales et sanitaires.

➡ Aide à l’installation dans un logement pour les étudiants.

➡ Aide pour une complémentaire santé.

➡ Bourse Mermoz pour partir à l’étranger.

➡ Aide pour apprentis transfrontaliers.

➡ Aide aux futurs enseignants français-breton.

➡ Aide au financement de l’équipement pour les apprentis.

Pour plus d’informations sur les aides auxquelles vous avez droit, pensez à vous déplacer directement en mairie et à contacter votre conseil régional et départemental.


Les parents sont ils légalement obligés de payer les études de leurs enfants ?

Oui, les parents sont dans l’obligation légale de financer les études de leurs enfants ; qu’ils soient mineurs ou majeurs, dès lors que le lien de filiation existe.

C’est-à-dire, que même en cas de retrait de l’autorité parentale, l’adulte se doit de régler les frais de scolarité (et d’autres frais liés décrits par la loi). Cette obligation ne répond donc pas simplement au lieu de résidence par exemple.

Que vos parents soient mariés ou non, ils doivent financer vos études, et même vous aider financièrement (même si vous n’habitez plus sous leur toit) jusqu’à ce que vous les terminiez (et jusqu’à ce que vous ayez un emploi stable d’ailleurs).


Demande de bourse CROUS sans avis d’imposition des parents

Tout dépend si vous vous assumez financièrement ou non.

Si vous n’êtes pas indépendant financièrement

Malheureusement, il est impératif de fournir l’avis d’imposition de vos parents pour pouvoir effectuer une demande de bourse ; que vous soyez mineur ou majeur.

Que faire s’il n’est pas possible de fournir l’avis d’imposition ?

Si vous n’êtes plus en contact avec vos parents, n’hésitez pas à vous renseigner auprès d’une assistante sociale pour étudier les solutions possibles ; de la simple prise de contact à l’obligation forcée de répondre à vos besoins.

Une multitude de recours existent à ce jour, sans que vous ayez forcément à payer un avocat ou à forcer une rencontre.

Si vous êtes indépendant financièrement

Habituellement, ce sont les ressources des parents des étudiants qui sont analysés pour l’obtention d’aides.

Cependant, si vous vous assumez seul (vous déclarez vos propres impôts) et que vous êtes âgé de plus de 26 ans, l’intégralité de vos salaires déclarés va entrer dans le calcul.

Si vous avez moins de 26 ans, que vous travaillez mais que vous habitez toujours chez vos parents, ceux-ci sont dans l’obligation de déclarer les montants qui dépassent 3 fois le SMIC de l’année concernée.


Conclusion

Face à la grande précarité d’une majorité d’étudiants, divers organismes mettent en place des aides, sous forme de versements d’argent réguliers ou d’avantages sociaux.

Dès votre admission validée en enseignement supérieur, rapprochez-vous du secrétariat de votre futur établissement et d’une assistance sociale pour vous assurer de connaître l’étendue de vos droits et possibilités.

Cet article peut aussi vous intéresser : comment recevoir un don d’un millionnaire ?