Refaire ses dents : quelles aides financières et services gratuits ?

Refaire son sourire c’est pratiquement recommencer une nouvelle vie. Une dent de devant cassée et tout peut s’écrouler : vous n’êtes plus vous même, vous faites tout de travers, rien ne va. La solution est donc de passer par la chirurgie pour changer tout ça sauf que refaire toutes ses dents, ou même une seule, ça coûte beaucoup d’argent. Si pour vous il est vitale de ne plus vous cacher quand vous êtes heureux et que vous êtes fauché, pas de panique : se faire les dents gratuitement, c’est possible !


L’aide financière de la sécurité sociale

Quand on parle de ce qu’on a dans la bouche, on en est même à oublier la CPAM tant on a l’impression qu’elle ne remboursera pas grand chose ou presque. C’est mal la connaître. Il existe une aide financière dentaire, disponible dans certains départements. Si on prend l’exemple de la caisse primaire du Tarn, les petites ressources sont prises très au sérieux, avec la conscience effective que tout le monde n’a pas les mêmes armes pour bien se faire soigner. Elle a donc signé un accord avec les chirurgiens dentistes du département, avec des devis réalisés selon cet accord. Il faut en faire la demande à la CPAM avant de démarrer les soins. Sachez tout de même qu’il y aura forcément une partie de la somme à votre charge, même avec une participation de la mutuelle.

A lire aussi : la liste des aides de la CAF

Dans le Maine et Loire, c’est une partie du budget de l’action sanitaire et sociale qui permet d’avoir un prix pour refaire ses dents. Ce sont des aides financières qui vont permettre de réaliser des soins alors que cela n’aurait pas été possible sans.

Combien remboursent les mutuelles ?

Elles ne permettront pas d’avoir des soins dentaires gratuits, ils ne faut pas rêver, mais peuvent en minorer le coût et permettre d’être mieux remboursé. Il ne faut plus avoir peut d’aller chez la dentiste à cause de la douloureuse. Celle-ci peut faire moins mal que prévu si on est bien couvert, même pour une prothèse ou un implant. Ne faites donc pas comme 1/4 des français qui renoncent à se soigner à cause de cela.

Il est vrai que dans le cas présent, on ne parle pas de plombage, de carie ou de détartrage, et qu’il y a des dépassements d’honoraires à prévoir (tout va aussi dépendre des conditions dans lesquelles les soins vont être réalisés). Pour les 30% du ticket modérateur, il n’y aura pas de problèmes, mais qu’en est-il du remboursement pour le reste ?


Le cauchemar tarifaire d’une prothèse dentaire

Les tarifs ne sont pas fixés par la sécu. Il faut donc choisir son dentiste en fonction de ses moyens, ces derniers appliquant en la matière un tarif libre. Les mutuelles chères, dites haut de gamme, devraient en principe rembourser un peu plus que les autres. De toute façon, avant le début du « chantier » votre praticien doit vous remettre un devis. C’est lui qu’il faudra envoyer à sa mutuelle pour savoir ce qu’elle peut prendre en charge. Après, à vous de décider si vous faites le grand saut ou non. Au pire, vous pourrez toujours mettre votre main devant la bouche au moment de sourire…

Car la sécu ne rembourse pas grand chose pour tout ce qui est prothèse dentaire, elle considère qu’il s’agit d’esthétique. C’est entre 600 et 1000 euros qu’il faudra trouver, et encore, il s’agit là d’une moyenne. Pour un implant, c’est encore plus cher que cela. Pour les petits malins qui voudraient cotiser juste avant de se faire refaire les dents, sachez qu’il y a souvent un délai de carence chez les mutuelles, et il faudra donc attendre un certain temps avant de pouvoir passer entre les mains de son chirurgien. Les sommes qu’elles proposent sont forfaitaires, c’est à dire que vous aurez droit à un certain budget par an (jusqu’à 1000 euros pour les plus généreuses), après, pour ce qui est des dépassements, vous en serez de votre poche.

Pourquoi prendre une mutuelle haut de gamme

Parce qu’elle rembourse mieux et plus, et si la part de la mutuelle augmente, celle restant à votre charge par le jeu des vases communicants, diminue. Le forfait proposé sera beaucoup plus élevé, et on se rapproche donc de la possibilité de ne pas en être de sa poche, même si ce n’est pas toujours le cas. Rappelons, à toute bonne fin, que la sécurité sociale ne rembourse pas du tout les implants.

Nos conseils pour éviter la ruine

Sourire ou dépérir, il faut choisir, mais tout le monde ne peut pas sortir 2000 euros pour un implant. Bon à savoir : certaines mutuelles ont des partenariats avec des réseaux de soins spécialisés dans « les gros travaux », les prix sont donc négociés à l’avance. Au final, ce sont de grosses économies sur la moyenne des tarifs pratiqués dans le secteur, parfois jusqu’à 50%.

mutuelle dentaire

Si vous n’avez pas la chance d’adhérer à ces mutuelles là, il faut savoir qu’il existe des courtiers dont c’est le métier. On les trouve assez facilement sur le net en tapant courtier dentaire dans la barre de recherche.

Enfin, il reste la solution de l’étranger. Beaucoup de gens, retraités ou avec de petits moyens n’hésitent pas à prendre l’avion pour aller se faire soigner dans un autre pays, un vol low cost coûtant bien souvent s’il est prit à l’avance moins cher qu’un billet de train. La Hongrie en Europe, ou la Tunisie au Maghreb ont ouvert des centres dont la spécialité est de prendre en charge les clients étrangers, avec des prestations égales à ce qu’ils pourraient trouver dans leur pays d’origine, à des prix bien moindres. Reste qu’en cas de problème, difficile de faire jouer une assurance quelconque ou de pouvoir porter plainte. A chacun de voir donc.

Par les moyens d’avoir une mutuelle ?

La complémentaire santé est un droit. Raison pour laquelle les personnes avec de faibles ressources peuvent être aidées pour la payer, avec l’ACS. Cette aide s’adresse à ceux qui dépassent le plafond de la sécu (mais pas trop) pour avoir le droit à la CMU complémentaire. L’ACS ne prendra pas tout en charge mais une bonne partie. Toutes les mutuelles ne sont pas éligibles à l’aide qui se présente sous la forme d’un chèque santé annuel allant de 100 à 500 euros. Seules certaines figurent sur la liste.

Pour fixer le montant, les ressources mais aussi l’âge du bénéficiaire vont entrer en ligne de compte, la règle étant que plus on est vieux plus le chèque sera élevé, c’est normal vu l’augmentation des cotisations en fonction de l’âge. Attention toutefois à respecter le parcours de soins et à éviter les praticiens qui facturent des dépassements d’honoraires.

L’école dentaire

Les débrouillards connaissent bien cette solution pour pouvoir consulter un dentiste gratuit (ou en tout cas beaucoup moins cher), reste que confier sa bouche à un étudiant peut ne pas être de tout repos. La fac dentaire reçoit les patients pour permettre à ses élèves de s’exercer. Les deux plus connues sont à Marseille et à Paris.

fac dentaire

Pour se faire soigner à la faculté dentaire de Marseille, il faut se rendre au centre dentaire de l’hôpital de la Timone. Si vous avez un peu de temps, passez déposer un cierge à Notre Dame de la Garde, on ne sait jamais (je blague, les professeurs sont là pour ouvrir l’oeil). La prestation ne sera toutefois pas gratuite mais minorée. On vous fera tout comme dans un vrai cabinet : radio, pose de bridge… Le tout sans majoration excessive. Un bon plan donc.

A Paris et en région parisienne, plusieurs hôpitaux proposent des soins étudiants. A Créteil, Ivry, Colombes et à l’hôpital parisien Bretonneau. Là encore, pas de gratuité (à moins d’avoir la CMU) mais des tarifs adaptés.

Une association pour les dents

Qui a dit que tout le monde ne pouvait pas bénéficier d’une santé dentaire de qualité pour pouvoir manger sans avoir mal ou rire sans être mal à l’aise ? C’est en tout cas ce pour quoi milite l’association Addentis dans le 93. Son action a permis l’ouverture de centres dans plusieurs villes du département : Aubervilliers, Bobigny et Bondy. Renoncer aux soins quand on habite en banlieue n’est donc plus une fatalité, et quelque soit sa situation, la prise en charge sera en adéquation avec les revenus et la situation de chacun.

association dentaire

Mais Addentis n’est pas la seule association a se démener. Celle appelée Mon Sourire n’a pas de lieu où exercer, mais met en relation demandeurs et dentistes. Une solution pour tenter de trouver les meilleurs tarifs, où qu’on soit en France, quand on a perdu une dent (ou plus). Tous les praticiens proposés sont en France et utilisent les dernières techniques. L’idée, simple, mérite d’être tentée. De toute façon, vous recevrez des devis avant de vous engager dans quoi que ce soit. Une bonne façon de comparer et de voir si les prix de votre dentiste sont concurrentiels ou non.

Refaire ses dents n’est donc pas quelque chose d’impossible, même quand on n’a pas trop d’argent à consacrer à cela. C’est une dépense qui n’a rien d’anodin ni d’esthétique comme peut le penser la sécu. Le regard de la société sur ceux qui n’entretiennent pas leurs dents est implacable. Et pouvoir sourire sans se retenir peut changer beaucoup de choses dans la vie.