Aide premier enfant : ce dont vous avez droit après la naissance de votre 1er bébé !

La naissance d’un bébé est une joie sans fin, mais aussi une source d’inquiétude financière pour une jeune maman seule avec un enfant ou pour un couple. L’aide financière pour le premier enfant sera moins conséquente que pour les suivants, mais il est toutefois possible d’avoir des aides de la CAF ou une prime de naissance d’une mutuelle. Bref, si vous êtes dans le besoin, il va falloir vous démener mais à l’impossible nul n’est tenu car un jeune parent a des droits, sachez le.


Les allocations familiale pour un premier enfant : le coup de pouce de la CAF

L’intervention de la caisse d’allocation familiale se fait dès le grossesse. La déclaration de cette dernière à la CAF doit donc se faire sans tarder, car il faut savoir que pour les aides au logement et le RSA celle-ci peut-être prise en compte pour majorer les indemnités. Enfin, en fonction des ressources de chacun, il est possible d’obtenir une prime de naissance pour un 1er bébé. Et elle sera la bienvenue, car les dépenses vont très vite s’enchaîner.

Les règles de l’allocation pour le premier bébé

Concrètement, comment les choses se déroulent ? La mère va recevoir l’argent peu de temps après la naissance. Dans les deux mois, la CAF va lui verser près de 1000 euros (923), cette somme étant doublée pour des jumeaux et multipliée par 3 pour des triplés. Mais pour en bénéficier, il faut quand même se montrer réactive, en déclarant sa grossesse à la CAF avant la 14ème semaine. La PAJE, elle, est versée à partir du septième mois de grossesse.

Bon à savoir : celles qui le désirent n’ont aucunes démarches à faire. En effet, le médecin qui fait l’examen prénatal peut faire lui même la déclaration en ligne, avec l’accord de la maman. Une simple carte vitale suffit pour cela. L’autre solution, pour les allocataires, consiste à aller sur son espace caf.fr, et à modifier sa situation, puis d’envoyer le certificat d’examen prénatal. Celles qui ne sont pas allocataires pourront effectuer les démarches sur le même site. Enfin, une fois l’accouchement terminé, il faudra confirmer la naissance, en ligne ou par courrier. Celles qui ne peuvent pas attendre de savoir combien elles vont toucher peuvent faire une simulation en ligne. Une bonne façon de préparer son budget pour les mois à venir.


La prime à la naissance

Elle sera accueillie avec le sourire, tout comme le bébé, à condition d’entrer dans les cases de ressources définies par la CAF (le fameux quotient familial). Le versement se faisant d’une seule traite, il sera possible de faire face aux grosses dépenses avec : poussette, landau, siège auto, lit… N’attendez pas d’avoir dépensé les 14 semaines de grossesse pour déclarer. Après, il sera trop tard.

Ce sont les ressources de l’année N-2 qui sont prises en compte. Et même un léger dépassement du plafond peut être fatal. Les plafonds de ressources demandés ne sont pas les mêmes selon qu’il s’agisse d’un parent isolé, d’un couple avec un seul revenu, d’un couple où les deux travaillent, avec ou sans autres enfants. Pour donner un exemple, une femme seule qui travaille ne devra pas gagner plus de 35872 € annuel. Il y a quand même de la marge.

Pour la prime à l’adoption, les conditions financières demandées sont les mêmes, tout comme celles liées au versement. L’enfant adopté doit toutefois avoir moins de vingt ans. Ce qui change en revanche, c’est le montant : 1 846,15 euros.

L’aide psychologique

L’argent ne fait pas tout. Pour éviter le baby blues, qui touche beaucoup de femmes, surtout pour une première naissance, il ne faut pas rester seule. Des lieux d’accueils pour les parents avec leurs enfants permettent d’échanger et de partager son ressenti, bref de se réinsérer doucement dans un tissu social. Ce sont généralement des lieux très conviviaux, où il est possible de se rendre avec son enfant dès la naissance, et jusqu’à ses 6 ans si la maman le souhaite. L’idée est de se détendre et de s’y faire des amis, avec l’aide de professionnels présent sur place. Il y a sûrement un lieu d’accueil de ce type près de votre domicile : renseignez-vous auprès de votre CAF. C’est gratuit et il n’y a pas de contrainte horaire.

La liste complète des aides

Tout ce qui peut contribuer à équilibrer le budget d’un ménage après une naissance est le bienvenu. Car on n’a pas toujours idée des sommes que coûtent l’arrivée d’un enfant dans un foyer. Tout le monde n’a pas les moyens de supporter cette nouvelle charge financière, raison pour laquelle il faut savoir frapper aux bonnes portes pour faire valoir ses droits. La plupart d’entre elles cumulables et permettent d’acheter les couches, les petits pots, le matériel de puériculture, de décorer la chambre

La caisse d’allocation familiale

Difficile de s’en passer. Elle est présente tout au long de la vie, de la naissance aux études en tout cas ! On vient de voir en détail ce qu’était la prime à la naissance (la prestation d’accueil du jeune enfant, la PAJE), et la façon de l’obtenir. Mais l’aide de la CAF ne s’arrête pas là, puisqu’une allocation mensuelle est prévue pour les allocataires sous conditions de ressources jusqu’aux trois ans de l’enfant. Elle oscille, selon la situation de chacun entre 93 et 184 euros (je vous fais grâce des centimes).

toucher les allocations familiales

Rappelons que les allocations familiales sont quelque chose de différent, et qu’elles ne sont versées qu’à partir du deuxième enfant. La somme augmente avec le nombre de bambins. Elles sont versées jusqu’aux 20 ans de l’enfant et ne sont pas pour le moment soumises à des conditions de revenus. C’est pour chaque famille la même chose. Avec 2 enfants, on touchera 129 € par mois, 295 avec trois, etc… Et à partir de 14 ans, les parents allocataires touchent une majoration. C’est qu’ils coûtent cher ces ados !

Savoir s’organiser

Très vite va se poser la question de savoir comment faire garder son enfant quand va venir l’heure de retourner au bureau ou à l’usine. Une nounou à domicile, une crèche, une entreprise, une association comme une assistante maternelle coûte cher. C’est la raison pour laquelle la CAF a mise en place le complément de libre choix du mode de garde jusqu’aux 6 ans de l’enfant. Celui-ci varie en fonction de la solution de garde choisie, des revenus, de l’âge de l’enfant et de la composition de sa famille. Le montant est donc sujet à variation, mais ne dépassera jamais 842 € par mois, tout en sachant que 15% minimum des coûts de garde resteront à la charge des parents. Mais vous pouvez aussi décider de garder votre enfant vous même, et dans ce cas, il faudra arrêter de travailler, ou bien de ne reprendre son travail qu’à temps partiel. En cas d’arrêt total, la CAF versera un complément de 390 € par mois, et de 145 à 252 pour un temps partiel.

A noter : cette aide est valable pour la maman comme pour le papa, donc monsieur aussi peut choisir de rester à la maison pour garder bébé et profiter de ses premiers pas pendant que madame subvient aux besoins de son foyer. Attention : avec 1 enfant, on a droit au CLCA pendant 6 mois seulement. A partir de 2, on y droit jusqu’aux 3 ans du premier enfant, et ainsi de suite. A noter qu’il existe une alternative plus courte mais qui rapporte plus : la PreparE Majorée ; 638 euros par mois pendant un an, pas plus.

Les autres prestations de la CAF

La caisse est généreuse en France, qu’on se le dise ! Ainsi, les familles nombreuses peuvent bénéficier du complément familial (à partir de 3 enfants ou plus de moins de 21 ans). Le montant est proportionnel aux revenus.

Citons aussi l’allocation de rentrée scolaire. Elle permet de faire face aux charges de la rentrée, pour les enfants ayant entre 6 et 18 ans, dès le début de la scolarité en école primaire donc (de 362 à 395 euros par enfant selon l’âge).

L’aide de sa mutuelle

Elles ne font pas que rembourser les médicaments ou les consultations médicales. Mais en matière de mutuelle, tout le monde n’est pas logé à la même enseigne. Certaines sont très généreuses, d’autres beaucoup moins. Quoi qu’il en soit, il faut systématiquement consulter la sienne dès la grossesse, pour connaître ses droits à la naissance. Généralement, elles versent toutes une prime une fois le bébé arrivé, allant de quelques dizaines d’euros à plusieurs centaines. Certaines dépassent même les 1000 euros.

Et celle de son entreprise

Le monde du travail peut aussi se montrer généreux, même si là encore, toutes les entreprises n’appliquent pas la même politique. Celle set ceux qui ont la chance d’avoir un bon comité d’entreprise sont en principe les mieux lotis, les jeunes parents bénéficiant alors via leur CE d’avantages considérables pour faire garder leur enfant ou bien pour avoir des jours de congé supplémentaires en plus du congé maternité. Pour rappel celui-ci est de 16 semaines (6 avant et 10 après, avec une semaine de plus si jumeaux ou triplés mais possibilité de partir trois semaines après et de décaler son retour pour autant).

congé maternité

Rappelons que le congé maternité est aussi valable pour les papas. Pour eux, c’est 11 jours de congé, à poser dans les 4 premiers mois après l’arrivée du bébé. Après, si on veut prolonger, il faut faire un congé parental. Il dure 1 an, peut être poussé jusqu’à 3 ans, mais pour en bénéficier il faut au moins avoir 1 an d’ancienneté dans sa boîte.

Moins d’impôt

Toutes les dépenses supplémentaires ne seront pas compensées, mais fiscalement, l’arrivée d’un enfant dans un foyer n’est pas négligeable. En effet, on augmente ainsi son quotient familial, d’1/2 part (contre une part pour chaque adulte composant le foyer). La règle est simple avec les impôts : un quotient familial au plus haut a pour conséquence des impôts sur le revenu au plus bas. Et la règle s’accélère car à partir de 3 enfants, chacun d’entre eux compte pour 1 part.

Sachez aussi que les frais de garde, quand il s’agit de faire garder son bout de chou hors de chez soi, sont assujettis à un crédit d’impôt de 50%. Toutefois, ce crédit est limité à 2300 euros par an et par enfant. En plus, cela ne vous enlèvera pas les aides de la CAF car le cumul est possible.

Une famille nombreuse donne droit à la carte

La carte famille nombreuse ne vous sera pas délivrée à partir de votre premier enfant, mais bien comme son nom l’indique dès le troisième. Grâce à elle, de nombreuses réductions dans les transports (SNCF, RATP), mais aussi dans les parcs de loisirs, les piscines municipales, et même dans certains supermarchés qui proposent 10% de remise au rayon puériculture. Il y a des commerçants qui affichent le logo famille nombreuse sur leur porte : cela veut dire que des avantages vous y sont réservés.

Bébé prématuré : les aides pour la maman

Abordons ici la délicate question de ces chérubins qui arrivent avant l’heure. Donner naissance à un prématuré, en plus de l’épreuve physique est très dure à vivre moralement. C’est pourquoi les parents qui vivent cette situation doivent trouver un soutien psychologique qui les aide à passer cette épreuve. Il y a beaucoup d’associations qui apportent leur aide aux parents, car personne n’est préparé à ce qu’une naissance se passe mal, ni au fonctionnement d’un service néonatal. Trouver du réconfort auprès d’une association permet de poser des questions, d’échanger, et de rencontrer d’autres familles qui vivent les mêmes problèmes.

aide bébé prématuré

Car il faut se préparer à vivre avec un tout petit, à trouver des couches et des vêtements adaptés par exemple. Rien n’est simple avec un prématuré, et des complications peuvent subvenir à n’importe quel moment. On a jamais assez d’informations dans un cas pareil, et le personnel médical ne peut pas être toujours disponible, d’où la nécessité de trouver un soutien psychologique auprès d’une association.

Les dépenses à prévoir avec l’arrivée du 1er bébé

Parlons maintenant du sujet qui fâche : celui des dépenses. Avec un enfant, il faut prendre sa calculette, mais seuls les « + » sont concernés : les habits, la nourriture, les couches, la table à langer… Le budget est donc conséquent. L’arrivée d’un bébé n’est pas juste un grand bonheur. Après, on peut faire des économies, pas besoin d’acheter tout plein pot des marques hors de prix qui profitent de ce moment de joie pour faire valser les étiquettes. Les sites de petites annonces sont remplis de matériel d’occasion à des prix dérisoires, il est donc possible de s’équiper pour bébé pour pas cher. On peut aussi emprunter ce qui nous manque à des amis ou à de la famille. Le système D a donc encore de beaux jours devant lui.

Voici une petite liste des dépenses mensuelles, histoire de vous mettre directement dans le grand bain :

  • Le lait : 80 euros par bain. L’allaitement, lui, est gratuit ou presque. Ensuite, il faudra passer aux petits pots, qui feront grimper la note.
  • Les couches et produits de soins : Là encore, comptez environ 100 euros par mois. Beaucoup moins cher et réutilisables : les couches lavables.
  • Les vêtements : en principe, les premiers mois, les cadeaux de la famille et des amis suffisent. Après, on peut faire les brocantes, de nombreuses pièces y sont à vendre à 1 euro.

A cela, on ajoute les jouets, le mobilier bébé, les biberons, les accessoires divers et variés, le landau, la crèche…

Les démarches à faire

En urgence, il faut déclarer la naissance à la mairie de la ville où l’enfant est né. Généralement, c’est le père qui s’en charge, car il faut le faire dans les trois premiers jours ouvrables. Ne pas oublier le certificat d’accouchement avant d’y aller. Bonne nouvelle : c’est gratuit. Ensuite, il faut régler la question de la CPAM afin que les dépenses de maladie soient prises en charge. Tant que cela n’est pas fait, il faudra avancer les frais. Même chose pour la mutuelle. Enfin la CAF. Cela a du être déjà fait avant la naissance mais celle-ci est à confirmer.

Si les démarches administratives ne sont pas forcément très agréables, il faut en passer par là si on veut se faire aider financièrement pour la naissance de son premier enfant. Après, une fois débarrassé, il sera grand temps de se consacrer entièrement à son bout de chou, qui a sans doute grand besoin de câlins.