Secours financiers exceptionnels et prêts sociaux : CNAS, RSI, CAF, CGOS, MGEN…

Pour trouver de l’argent en urgence, il faut chercher une aide ponctuelle ou un prêt social. Obtenir un crédit social quand on n’a pas le profil pour emprunter aux banques (interdit bancaire, chômeur, bénéficiaire du RSA…) est une des seules solutions viables (même s’il y en a d’autres). Des dispositifs spéciaux avantages certaines catégories : fonctionnaires de l’éducation nationale, travailleurs hospitaliers… Autant en profiter !


CNAS :  pour une situation d’urgence

Le CNAS est un comité d’action sociale pour qui travaille dans une collectivité territoriale. Tous les agents peuvent donc la demander le cas échéant. Encore une fois, tous va dépendre de ses ressources, et du problème soulevé.

Entendons-nous bien. Le coup de pouce ne dépassera pas 610 euros. Pas de quoi fouetter un chat, mais c’est une somme qui dépanne. Chacun peut en effet, à un moment ou à un autre de sa vie devoir faire face à un accident de vie qui créé la difficulté financière. Il peut s’agir d’une maladie, d’une impossibilité de reprendre son travail, de frais de santé importants, de difficultés à payer son loyer, d’un passage au statut de chômeur (mais qui ne fait pas suite à une démission), de frais juridiques, ou d’un décès.

Sont aussi concernées les pannes pouvant intervenir sur du matériel electro ménager de première importance, ou qui arrivent sur sa voiture, avec les frais de réparation que cela entraîne, les factures d’énergie et d’eau qui sortent de l’ordinaire.

A l’intention des surendettés

Lorsqu’on dépose un dossier à la BDF, il se passe un délai, même s’il est court, pendant lequel tout est bloqué (impossibilité de payer ses factures). La somme du CNAS va venir, dans la limite de son montant, palier à cette difficulté et permettre à qui est en situation de surendettement de payer ses charges.

Comment est calculer le barème ?

Pour y avoir droit, la CNAS va procéder à une évaluation des ressources du foyer, auxquelles il va soustraire les dépenses incompréhensibles, en intégrant les dettes et les remboursements de crédits (éventuellement).

Bon à savoir : pour qui en a déjà bénéficier , il faudra attendre 2 ans avant de pouvoir déposer une nouvelle demande.


Le RSI peut répondre à un besoin d’argent rapide

Etre à son compte, en tant qu’artisan ou comme commerçant n’est pas toujours un gage de sécurité financière. Heureusement, le régime social des indépendants a des réponses à apporter. Rappelons que sa raison d’être initiale reste la protection sociale de ces mêmes catégories.

Que peut-on tenter de surmonter avec l’aide du RSI ?

Ce qu’il faut à tout prix éviter, c’est que la difficulté passagère rencontrée ne débouche sur une situation de précarité, beaucoup plus difficile à enrayer. Les dépenses incompressibles sont donc concernées, qu’ils s’agissent de celles relatives au loyer, des dépenses exceptionnelles ou des besoins professionnels.

En savoir plus sur ce que peut faire le RSI

Le régime social des indépendants peut aussi intervenir financièrement pour permettre à ses adhérents de souscrire à une mutuelle. Dans le cas d’un décès, la veuve peut également demander son soutien financier.

L’aide n’est pas systématique, et reste soumise à son évaluation par une commission chargée d’en apprécier la teneur. Elle donne sa réponse rapidement, et considère toutes les demandes comme étant urgentes.

L’intervention exceptionnelle de la CAF

Prêt CAF

Elle est double, pouvant prendre la forme d’un petit crédit (on parlera alors de prêt d’honneur), ou d’une subvention non remboursable CAF selon la somme demandée et la situation de précarité rencontrée.

Les bénéficiaires

Heureusement, nombreux sont ceux qui peuvent appeler la CAF au secours, notamment si on touche un des revenus suivants : RSA, APL, AAH, ou que l’on a un enfant à charge combiné avec des difficultés temporaires et non prévues.

Pour en bénéficier, on peut bien sûr contacter la CAF de son département, ou bien mieux encore, se mettre en rapport avec une assistante sociale qui va diligenter le dossier d’aide auprès de la CAF.

Quant aux sommes allouées, prêt ou secours, elles se situent entre 1000 et 1500 euros, même si elles peuvent variées d’un département à un autre.

Le CGOS et les œuvres sociales des établissements hospitaliers publics

Le personnel hospitalier peut être confronté aux mêmes incidents de vie que ceux évoqués précédemment. Ceux-ci entraînent des difficultés financières toujours difficiles à résoudre, surtout si on a un petit salaire. La baisse de revenu éventuelle peut donc être compensée par une allocation exceptionnelle non remboursable du CGOS.

La condition reste tout de même d’être en poste, ou d’être retraité du secteur hospitalier. Ne restera plus qu’à exposer ses motifs, et à se montrer convaincant, en fournissant les pièces justificatives demandées : avis d’imposition, relevés de comptes, les factures à l’origine de la dette, les charges à payer… Dans la mesure du possible, elle sera versée aux créanciers du demandeur.

Les aides financières de la MGEN

La mutuelle des personnels de l’éducation nationale peut aussi se transformer en pourvoyeur d’un virement exceptionnel quand l’urgence financière se fait sentir. Sous certaines conditions, il est possible d’en bénéficier surtout si l’événement incriminé n’avait pas été prévu.

La somme qu’il est possible d’obtenir de la part de la MGEN ne saurait pas dépasser 1000 euros. Même s’il reste limitée, c’est de l’argent qui n’est pas remboursable. Le mieux reste encore de se rapprocher de son conseiller MGEN pour en savoir plus.

Pour résumer, les prêts sociaux existent, il faut juste savoir où les dégoter, et dans quelles conditions en faire la demande.