Devenir famille d’accueil : quel salaire (enfants, personnes âgées, étudiants étrangers, migrants…) ?

Quand on a besoin d’argent, il n’y a pas 36 solutions : on fait un prêt ou on travaille. Devenir famille d’accueil permet de rester chez soi tout en étant payé. Il peut s’agit d’accueillir un enfant placé, des réfugiés (dans ce cas là, c’est une bonne action qui ne sera pas rémunérée), de recevoir un étudiant étranger… Reste que tout le monde ne peut pas devenir une famille d’accueil, et qu’il y a des avantages et des inconvénients à l’être. Où se renseigner ? A suivre, nos pistes.


Comment devenir famille d’accueil ?

Beaucoup d’enfants en France, du nourrisson à l’adolescent ont besoin d’un parent d’accueil. Il peut s’agir d’un petit de la DASS, mais pas seulement. Il arrive que des enfants soient placés pour un laps de temps assez court, pour une urgence, pour quelques mois, et qu’ils retournent après dans leur famille, une fois que les choses se sont arrangés.

Pour exercer cette activité d’assistant familial, il faut être agréé pour cela, mais aussi avoir passer une formation et avoir reçu un diplôme. De plus, il faut avoir au moins 25 ans et pas plus de 65, ne pas être enceinte, ne pas avoir d’enfant de – de 2 ans et n’avoir jamais été condamné. Pour les couples, la vie commune doit durer pendant au moins 3 ans (il faudra le prouver). Une femme seule peut-elle obtenir l’agrément ? Oui.

L’agrément

Il s’obtient auprès du département, en montant un dossier, et permet d’accueillir de 1 à 3 enfants. Il faut notamment avoir un casier judiciaire vierge, cela étant valable pour toutes les personnes partageant la cellule familiale. C’est une procédure qui prend un peu de temps : environ 4 mois. Sachez que le conseil général va enquêter sur votre moralité, et que différents intervenants vont venir chez vous, du psychologue à l’assistante sociale. Plusieurs réunions seront prévues à ce sujet.

Les conditions importantes : parler français, avoir un appartement assez grand pour accueillir un jeune dans de bonnes conditions, au niveau de la place et de la sécurité) et avoir du temps à lui consacrer. De plus, il faut passer un examen médical prouvant que l’on est en bonne santé.

Une fois obtenu, l’agrément est valable 5 ans, au terme desquels il faudra le faire renouveler. Pensez à le demander 3 mois avant son expiration. Le renouvellement est automatique pour ceux qui ont obtenus leur diplôme. Avec ce document en poche, il sera alors temps de postuler à une offre d’emploi, auprès du département ou d’une association.


La formation

Elle dure 60 heures, dans un premier temps, et il n’est pas possible d’accueillir un enfant avant de l’avoir complètement terminée. Dans un second temps, il y en aura encore 240 à faire (soit 1 mois à temps complet) pour apprendre toutes les subtilités de la fonction, et avoir le droit de passer le diplôme d’assistant familial, qu’il est aussi possible d’avoir grâce à un VAE.

Devenir assistant familial : ce n’est pas de tout repos

La fonction est difficile, les conditions aussi. Les enfants confiés ont souvent vécus d’importants traumatismes, et sont parfois compliqués à gérer au quotidien. Il se peut qu’il ne réussisse pas à s’épanouir dans une famille, auquel cas il sera dirigé vers une autre, même si ce n’est pas pour lui la solution idéale. Vous ne serez jamais le papa ou la maman de ces enfants, mais il faut trouver un juste milieu pour se faire respecter. Les travailleurs sociaux ne laissent pas les familles d’accueils dans la nature et les soutiennent au quotidien pour éviter que cela n’arrive, en les visitant régulièrement. Pour que les choses se passent du mieux possible, il faut développer des qualités comme la discrétion et la tolérance.

devenir famille d'accueil

Au quotidien, ce n’est pas toujours évident, car la famille d’accueil n’a pas l’autorité parentale, et à ce titre, peut être en conflit avec les parents naturels. Sans aller jusque là, la moindre autorisation de sortie scolaire peut poser problème. Et puis il y a le quotidien à la maison, et les relations entre ses propres enfants et ceux qu’on accueil. Ce n’est facile pour personne, et tout ne se passe pas toujours comme dans les séries télé. Enfin, il faudra être capable de gérer l’après, et de se séparer de quelqu’un qu’on a appris à aimer.

Combien gagne une famille ?

La fonction est difficile, il est normal qu’il y ait des indemnités à la clé, même si on ne fait pas cela pour l’argent. La rémunération d’un assistant familial se calcule par enfant accueilli. Rappelons que ce dernier est considéré comme un salarié, avec les droits et les devoirs qui vont avec (paiement des cotisations). Par enfant, une famille touchera environ le SMIC, avec des variantes en fonction de la permanence de l’accueil ou non. A cela viendra s’ajouter des indemnités d’entretien se montant à 10 euros par jour, soit un total approximatif de 1200 euros net par mois.

Les allocations pour un enfant handicapé ou malade seront plus importantes. L’enfant, en fonction de son âge, recevra aussi de l’argent du conseil général pour s’acheter des vêtements, payer ses sorties, ses fournitures scolaires ou faire des cadeau à ses proches au moment de Noel.

Accueillir une personne âgée

2 termes à distinguer : la famille d’accueil (pour les enfants) et l’accueillant familial pour les personnes âgées. Ce n’est pas la même chose. Mais dans les faits, la fonction est la même : il s’agit d’ouvrir sa porte contre rémunération à une personne qui en a besoin. La prestation va ici comprendre l’hébergement, mais aussi la nourriture, le ménage et le quotidien. Là encore, il faut un agrément, mais préparer le diplôme n’est pas obligatoire. Et pour exercer, il est possible d’être salarié d’un organisme ou de toucher un salaire venant directement de la personne accueillie.

acceuillir une personne âgée

Est-il possible de devenir accueillant familial pour une personne de sa famille ? Si vous pensiez vous occuper de votre vieille mère et être payé pour cela, c’est non, les liens de parenté ne sont pas admis. C’est dommage car cela pourrait être une solution pour éviter d’aller en maison de retraite.

Quel salaire pour accueillir une personne âgée ?

La rémunération d’un accueillant familial (une personne seule ou un couple) pour une personne âgée comprend plusieurs points. Si vous êtes l’employeur, sachez que vous aurez des cotisations patronales à payer, en plus du salaire, à moins de bénéficier d’une exonération parce que vous avez une petite retraite. Das ce cas là, c’est à l’URSSAF de décider.

Il y a d’abord une rémunération à régler pour chaque jour de travail, qui ne peut pas être inférieur à 24 euros. A cela il faut ajouter 10% de congés payés sur lesquels il faut aussi payer des charges, plus d’autres indemnités en fonction de la situation : si la personne âgée présente un handicap important, si elle nécessite un « entretien » particulier + une indemnité pour le logement, dont le montant varie avec l’espace qui lui est alloué. Il faut que la chambre fasse au moins 9 m2 et qu’elle soit bien chauffée.

Famille d’accueil ou maison de retraite ?

Il n’y a pas photo au niveau de la chaleur humaine, même si les maisons de retraite font ce qu’elles peuvent. Même chose au niveau de ce que cela coûte. Par contre, il est certain qu’on retrouve des personnes beaucoup mieux formées en collectivité.

Vivre au sein d’une famille n’est pas anodin. Il est important que les installations permettent d’y évoluer sans problèmes. Attention donc aux étages élevés sans ascenseur, aux salles de bains mal adaptées… Mais il faut aussi s’assurer que toute la famille est d’accord pour vivre au quotidien avec une personne étrangère. L’intégration sera à ce prix. Attention : en cas d’absence, la famille d’accueil doit trouver une solution de remplacement pour la personne âgée. Il est donc très difficile d’avoir du temps pour soi.

Accueillir un étudiant étranger

En voilà une expérience sympathique ! Avoir une jeune personne à sa table venant d’un autre pays, c’est toujours très enrichissant, et ce pour toute la famille ! Si elle vient des USA, vous allez pouvoir améliorer votre anglais, même si le but du jeu pour elle, c’est d’apprendre le français. Bref, tout le monde va y gagner. Ce sont des jeunes ados, pouvant venir de tous les pays du monde.

acceuillir un étudiant

Pour que l’accueil se passe bien, généralement sur une année scolaire (mais cela peut aussi être pour un trimestre ou un semestre), il faut que toute la famille y mette du sien, car il faudra lui consacrer du temps, et l’emmener avec vous en week-end par exemple. N’oubliez pas qu’il est loin de ses parents et qu’il a besoin qu’on s’occupe de lui, qu’on lui fasse à manger et qu’on dine le plus régulièrement possible avec lui. N’oubliez pas que votre rôle est de lui faire découvrir la culture française.

De plus, l’étudiant étranger doit avoir une chambre pour lui, afin d’avoir aussi son espace et son intimité. Il faudra lui laver son linge et lui permettre d’accéder à Internet.

Comment devenir famille hôte ?

Le mieux être en couple, et avoir un, ou des enfants de l’âge de la personne accueillie à la maison, ce qui facilitera son intégration. Toutefois, cette double condition n’est pas figée, et une personne à la retraite peut très bien remplir ce rôle. Par contre, il faudra habiter au centre d’une grande ville, là où sont les universités et les écoles pratiquant ce type de logement. Il faudra se rendre à un entretien où les conditions et la motivation de la famille d’accueil sera seront évaluées.

Combien est-on payé ?

Chaque école à sa grille de rémunération, mais chaque famille qui accueille sous son toit un étudiant étranger sera payé pour cela, à moins qu’il ne s’agisse que d’un échange. En fait, on parlera plutôt d’une compensation financière, celle-ci tournant autour de 350 euros par mois en moyenne. Vous n’aurez pas à assurer ses repas du midi (cantine de l’école, sauf le week-end et pendant les vacances scolaires) ni à lui fournir de l’argent de poche.

C’est donc humainement que vous allez vous enrichir le plus. J’ai connu une famille d’accueil française ayant été invitée l’été suivant aux Etats-Unis par les parents de leur étudiante.

Accueillir un migrant

Ils sont au coeur de l’actualité, et leurs conditions de vie en bouleversent beaucoup d’entre nous, à juste titre. Toutefois, ce n’est pas en regardant leur misère à la télé qu’il est possible de les aider, mais pourquoi pas, en hébergeant gracieusement l’un d’entre eux. Car il n’y a pas d’argent en jeu ici, juste une action bénévole qui peut changer le cours d’une vie et permettre à un être humain de se relever, le temps qu’il obtienne des papiers en règle et qu’il puisse trouver un travail. Beaucoup d’initiatives se montent en ce sens sur le net, et des réseaux comme celui de Singa avec son opération Comme à la maison proposent de mettre les uns et les autres en relation. Sachez qu’un réfugié qui a déposé une demande d’asile touche 11 euros par jour de la part de l’état, ce qui peut lui permettre de se nourrir mais pas de se loger.

Bon à savoir : vous ne vous engagez pas sur plusieurs années, mais sur un laps de temps à définir, pouvant aller de quelques semaines à plusieurs mois, à chacun de voir en fonction de ses possibilités.

Devenir famille d’accueil est donc avant tout un engagement vers une forme de solidarité, qu’il s’agisse d’un jeune, d’un ado, d’un migrant ou d’une personne âgée. Il y aura de belles rencontres humaines en perspective, mais aussi des moments de doute. La vie quoi.