CMU et lunettes

Se faire rembourser ses lunettes de vues par la CMU, ce n’est pas aussi simple que cela. les plus grandes marques de lunettes et opticiens : Optical Center, Krys, Afflelou, Atol, Général Optique, Optic 2000, tout comme les bénéficiaires, ont des contraintes à respecter pour que la prise en charge soit effective. Et quand on connait le prix d’une monture et des verres progressifs, teintés ou amincis qui vont avec, mieux vaut faire les choses dans les règles pour que le remboursement des lunettes par la CMU soit effectif. A noter : pour ceux qui n’ont pas encore accès au complément de maladie universel, et qui souhaiteraient déposer un dossier pour l’obtenir, lire comment faire une demande de CMU ?


Se payer des lunettes quand on n’a pas les moyens

Sans argent, difficile d’y voir clair. Heureusement, la CMU ne laisse pas tomber les plus modestes d’entre nous en permettant le remboursement des soins nécessaires pour mener une vie normale, et les lunettes en font partie. Elle intervient pour prendre en charge ceux que le régime obligatoire laisse de côté. Reste qu’il y a quand même parfois une part des soins à sa charge, à moins d’avoir la complémentaire.

Les bénéficiaire (sous conditions de ressource : les revenus ne doivent pas excéder 9610 euros par an) peuvent donc se les faire rembourser, et même éviter l’avance de frais grâce au tiers payant, si on a aussi la CMU complémentaire, qui agit comme une mutuelle pour ceux qui ne peuvent s’en payer une. Si on dépasse légèrement les plafonds, il est aussi possible de se faire aider pour souscrire à une complémentaire santé. On reçoit un chèque qui permettra la prise en charge d’une partie des frais occasionnés par celle-ci.

Comment bénéficier de la CMU-C ?

Avoir une mutuelle gratuite est quand même un des gros avantages de notre système de santé, pour ce que rembourse mal l’assurance maladie : les lunettes, les dents, les séjours à l’hôpital, les prothèses auditives. Mais là encore, il y a un plafond de revenus à ne pas dépasser par foyer fiscal. Attention, celui-ci change tous les ans où à peu près, il est donc bon de vérifier son montant fréquemment. Seuls ceux qui sont en dessous du seuil pourront bénéficier de cette aide complémentaire. A l’heure actuelle, la CMU-C s’obtient si on ne dépasse pas 8653,16 euros par an : un plafond qui a légèrement été revu à la hausse cette année.

Attention : il faut également résider en France depuis plus d’un trimestre pour pouvoir en faire la demande.


Que rembourse la CMU ?

Il faut retenir deux choses importantes : la fréquence du remboursement, et les tarifs qui permettent au processus de fonctionner. D’abord la fréquence : le bénéficiaire ne pourra prétendre à plus d’une paire par an, sauf circonstances exceptionnelles relatives au bas âge des enfants et à des maladies de l’oeil qui nécessitent une prise en charge spéciale. Si les lunettes sont cassées, les mineurs pourront prétendre à obtenir une paire de remplacement.  Il faudra quand même retourner voir son opticien (pour les – de 16 ans) qui devra le mentionner sur son ordonnance. Pour les majeurs, mieux vaut ne pas s’asseoir dessus par mégarde : 1 paire tous les 12 mois, c’est la règle.

Les tarifs, eux, sont fixés par arrêté, avec un prix de vente maximum et une indication de la part complémentaire CMU. A chaque type de verre son tarif. Ainsi, pour une correction simple, le montant alloué sera de 15,86 euros par verre pour un adulte et 22,87 euros pour la monture de lunettes, un peu plus pour les enfants et les jeunes. Le détail sur les montants de prise en charge : http://www.cmu.fr/fichier-utilisateur/fichiers/Optique2.pdf.

Et les lentilles ?

Toute la question est de savoir s’il s’agit d’une coquetterie ou non. S’il s’agit de lentilles de vue, là encore, un forfait annuel à ne pas dépasser est fixé : 80 euros pour la paire. Les verres teintés peuvent eux aussi être pris en charge, si la pathologie l’exige. Quoi qu’il en soi, le remboursement des lentilles fait toujours débat.

Comme pour les lunettes, elles sont prises en charge par l’assurance maladie si la situation l’exige. Tout se passe donc, vous vous en doutez, sur prescription médicale, et je vous fais grâce des maladies aux noms imprononçables qui sont concernées. Mais la sécu ne remboursera pas tout : 60% de la somme totale (contre 65% il n’y a pas encore si longtemps), la mutuelle ou la CMU complémentaire faisant le reste. C’est un forfait annuel, donc on ne peut pas en bénéficier 2 fois ou plus par an.

Dans quelles conditions ?

Il faut d’abord passer chez l’ophtalmo pour obtenir une prescription médicale. Sans elle, rien ne peut se faire. Muni du précieux document et de la preuve de son affiliation à la CMU complémentaire, il n’y aura plus qu’à se rendre chez son opticien préféré. Mais celui-ci ne vous verra peut-être pas arrivé d’un très bon oeil, car sa marge de manoeuvre pour un bénéfice est faible. Il est en effet tenu de vous proposer une monture et des verres qui entrent dans les prix fixés, autant dire au ras des pâquerettes.

se faire rembourser ses lunettes

Mais ne croyez pas que vous allez repartir de suite avec votre monture. L’opticien devra commencer par rédiger un devis, que vous devrez envoyer à votre organisme CMU pour attendre sa réponse de prise en charge (ou non). Une fois la décision notifiée, il sera temps d’aller enfin commander ses lunettes. Il est important de savoir que même à la CMU, si le client veut des verres améliorés (anti-reflets par exemple), il devra les payer de sa poche, la gratuité n’étant effective que sur le forfait principal.

Peut-on acheter ses lunettes sur internet et se faire rembourser par la CMU ?

La question se pose car acheter en ligne est parfois moins cher que ce qui se pratique en boutique. Est-ce que trouver une paire à pris d’usine permettra d’obtenir une somme supplémentaire ?

Qu’il s’agisse de faire ses achats en ligne ou d’aller en boutique, la règle reste la même pour tous : 1 paire par an. Même chose pour les tarifs : chez l’opticien ou sur Internet, la CMU remboursera exactement le même montant, les professionnels étant dans l’obligation d’entrer dans les critères. Les achats en ligne s’étant démocratisés, il est tout à fait possible de tout régler directement de son ordinateur, si on est familier de ce genre de pratiques. Les  sites l’ont bien compris, et se plient aux exigences de la CMU en proposant une sélection de montures qui ne dépassent pas la somme allouée. Ensuite, il ne reste qu’à choisir sa préférée, de la mettre dans son panier et de valider l’achat avec l’option Tiers payant 0€ et CMUC. Si ces options ne sont pas sur le site, il faut en changer.

Attention : la prise en charge ne sera effective que quand le dossier complet aura été reçu : ordonnance et attestation de droits sécu. Ensuite, réception du devis et validation requise au centre sécurité sociale, puis renvoi au site avant de recevoir ses lunettes, en principe, en quelques jours.

Les opticiens CMU

Beaucoup d’opticiens se mettent aux lunettes de vue sur Internet. Il faut dire que ne pas avoir une boutique limite largement les frais. Et puis, cette façon de fonctionner est rentrée dans les moeurs des clients, à qui commander à distance, même ce type de produit, ne fait plus peur. C’est aussi bien pratique pour les clients qui n’ont pas de boutique près de chez eux où qui habitent assez loin d’un endroit pour changer leur lunettes de vue.

acheter ses lunettes sur internet

Les adhérents à la CMU ne sont donc plus obligés de se rendre dans certains endroits, la plupart des marchands, qu’ils soient présent physiquement ou dématérialisée ont une offre à leur réserver avec une gamme dans les prix voulus par l’assurance maladie, en y associant un objectif de qualité pour les montures malgré le tarif bas. Souvent, sur le net, il y a également beaucoup de choix, alors qu’en boutique, par manque de place, celui-ci peut être plutôt réduit.

Mais acheter ses lunettes en ligne ne signifie pas que le conseil sera au rabais.Derrière chaque site digne de ce nom, il y a un opticien diplôme qui se cache, avec la possibilité de lui poser des questions et des produits de qualités, les verres, notamment, devant être irréprochables quant à leur fabrication.

L’astuce pour limiter les frais : choisir un prestataire en ligne qui offre les frais de port. On n’y pense pas toujours, mais ceux-ci ne seront pas remboursés par la sécurité sociale s’ils venaient à être facturés.

La gratuité des lunettes : une utopie ?

Partout en France, fleurissent des initiatives pour permettre aux plus démunis de pouvoir, eux aussi, voir correctement malgré leur vue déficiente. Ainsi, par exemple, il est possible d’obtenir des lunettes gratuites à Saint Omer grâce aux apprentis opticiens : en voilà une nouvelle qu’elle est bonne. L’association s’appelle les lunettes du coeur, et est alimentée par le travail et le bénévolat d’apprentis opticiens qui font ainsi coup double : se former à leur futur métier et faire profiter les plus pauvres de leur compétence. C’est un échange de bons procédés qui profite à tous.

Un fonctionnement efficace

Les consultations se font à l’étage d’une épicerie sociale située à Saint-Omer. Elle doit d’ailleurs être la seule en France avec une boutique d’optique à l’étage. Les élèves qui passent le bac optique font comme si ils étaient en poste : accueil, commande des verres, mesures, le tout sous l’oeil bienveillant de leur professeur qui se charge lui de vérifier la vue des personnes présentes. Ceux qui s’inscrivent et qui n’ont pas peur de remettre leurs yeux entre les mains d’étudiants reçoivent en échange leur lunettes gratuites. Autant dire que ça se bouscule au portillon et que les possibilités d’accueil sont vite complètes. Pour beaucoup de personnes, c’est la possibilité de retrouver un confort de vision, pour la lecture, pour travailler ou pour le quotidien, pour faire les courses, pour voir de loin ou de près. Les lunettes du coeur répondent à un véritable besoin, car tout le monde n’a pas les moyens de se payer la paire de ces précieuses binocles et d’attendre des mois qu’un rendez-vous ophtalmo veuille bien se libérer. C’est une dépense que les personnes en difficultés remettent toujours au mois suivant.

Seul bémol : une fois le rendez-vous terminé, il faut attendre ses lunettes deux mois. A réserver donc aux gens qui ne sont pas pressés, ou à ceux qui ne peuvent faire autrement. Vous pouvez prendre des renseignements sur cette initiative ou sur d’autres dans votre CCAS.

Se faire rembourser ses lunettes de soleil, c’est possible ?

Elles fleurissent en saison derrière les vitrines des opticiens, apportant l’été avant l’heure de le regard de ceux qui les détaillent en rêvant à leurs prochaines vacances. Mais les lunettes de soleil sont-elles remboursées quand on a la CMU ? Car le soleil est dangereux, et après tout, on pourrait à juste titre trouver cela normal. Sauf que la sécurité sociale ne les rembourse pas à toutes les sauces. Seuls ceux et celles qui ont une prescription médicale en nécessitant l’achat feront partie des heureux élus. Pour les autres, ceux qui ont incommodés par la lumière trop vive ou qui veulent flamber sur la plage, il faudra passer à la caisse. Les verres teintés sont donc considérés comme un accessoire de confort, à moins d’en avoir vraiment besoin.

remboursement lunettes de soleil

Qu’elles sont les maladies qui peuvent en justifier le remboursement ?  La myopie, la photophobie (vous ne saviez-as que ça existait ? Bienvenue au club), la cataracte, la kératite, j’en passe et des meilleures. Bien sur, qui dit maladie dit ordonnance, et visite chez l’ophtalmologue pour s’en faire prescrire une. Reste que même dans ce cas là, la sécurité sociale ne suffit pas à régler toutes les dépenses. La mutuelle doit donc prendre le relai pour couvrir les frais restants.

La prise en charge de la mutuelle

Si cette dernière fait bien son travail, elle devrait couvrir le reste à payer, à condition pour ne pas opter pour la monture la plus cher du magasin (façon de parler). Moralité : au moment de choisir sa mutuelle, il ne faut pas se tromper. Parfois, une cotisation un peu plus élevée permet d’être beaucoup mieux remboursé. Pour avoir les informations nécessaires, il faut bien relire la garantie optique de son contrat. Si un forfait annuel est appliqué, on risque de devoir en être un peu de sa poche au final. Les plus chanceux n’auront rien à débourser si la mutuelle à un accord avec l’opticien pour que celui-ci pratique le tiers payant.

De toute façon, elle n’intervient qu’en dernier ressort, après que la CPAM soit passée et ait remboursé sa part. Si les modalités de prise en charge entre une mutuelle et une autre existent, le cursus à respecter est toujours le même. Attention à ne pas utiliser son forfait optique pour se payer de nouvelles lunettes de soleil chaque année. La pratique existe, mais n’est pas légale. Et puis, au moment où vous allez vraiment avoir besoin de nouvelles lunettes, le forfait sera épuisé et la mutuelle ne pourra plus rien faire pour vous !

CMU et lunettes font donc bon ménage, à condition de ne pas avoir de trop grosses prétentions sur la marque de la monture. Si vous en bénéficiez et que vous devez changer vos lunettes, n restez pas dans la pénombre !